L’engagement, c’est quoi ?

 

Selon Allen et Meyer (1991), il s’agit d’un « état psychologique qui caractérise la relation de l’employé à son organisation et  qui a des effets sur la décision de rester ou de ne plus rester membre de l’entreprise »
Au sein de cet « état psychologique »

Leurs travaux de recherche ont abouti au développement d’un modèle à 3 dimensions :

l’engagement affectif, qui désigne une identification et un attachement émotionnel à l’entreprise (les individus restent parce qu’ils en ont envie)
l’engagement de continuation, basé sur les coûts perçus engendrés par la rupture du lien contractuel avec l’entreprise (pertes de salaire ou d’avantages extralégaux, perte de compétences spécifiques, alternatives d’emploi peu nombreuses, etc.) (les travailleurs restent parce qu’ils ont peur du coût d’un départ).
l’engagement normatif, qui représente une attitude de loyauté envers l’entreprise dérivée d’un sentiment d’obligation morale à son égard (les travailleurs restent parce qu’ils s’en sentent moralement obligés)

 

Ces 3 formes d’engagement co-existent auprès des travailleurs à des degrés divers.

En bref, c’est à la fois à la fois le mélange du fruit d’une décision personnelle et d’un don de soi.  C’est une manière de donner un sens à sa vie par le sentiment d’utilité que cela procure. 

On peut également parler de motivation et de sens. La motivation pousse à l’action. Elle est tributaire du sens.

Celui-ci peut être décomposé en : 

  • signification (faire sens, …)
  • sensation
  • signe (direction)

Savez-vous que la tendance actuelle est moins d’implication au niveau communautaire et plus d’individualisme, un engagement toujours aussi fort mais dans des espaces plus restreints,  sur une période de temps plus courte et en correspondance à un besoin du moment (notion d’immédiateté)?

 

Share